Rebâtir pour l’avenir, avec le sourire !

par 

Jean-François CHOSSON

Don avec contrepartie

Reconstruction de la stabulation suite à un incendie, en veillant améliorer l’empreinte carbone de mon élevage

Brullioles, France

360%

16

Contributeurs

9 020 €

sur 2 500 €

Projet financé !

Le 27 septembre 2023

En soutenant ce projet, vous oeuvrez pour :

Présentation du projet

Qui suis-je ?
 

Bienvenue à la ferme ! Je m’appelle Jean-François, papa de trois enfants avec Aurélie, et j’élève des vaches laitières en zone de montagne à Brullioles (69), dans les Monts du Lyonnais. Installé en 2012 à 24 ans, après un BPREA, je représente la cinquième génération à travailler sur la ferme.

Comment fonctionne la ferme ?
 

Le troupeau compte une cinquantaine de vaches laitières de race Montbéliarde : on les reconnaît facilement à leur robe blanche et marron !

La reproduction est entièrement conduite par monte naturelle avec un taureau charolais. 

Photo Progrès /Léa ROCHON

Pour nourrir les vaches, la ferme dispose d’une surface de 80 hectares, avec des prairies pour l’essentiel : j’aime faire pâturer les vaches, rien de mieux pour elles ! Mon objectif est d’être autosuffisant pour nourrir le troupeau. Cet été, cela a été délicat avec la canicule et la sécheresse : il fait de plus en plus chaud en été dans nos Monts du Lyonnais !

IMG_2320.jpg

Pour compléter leur alimentation, je cultive aussi des céréales et du maïs.

Matin et soir, tous les jours de l’année - pas de jour férié ni de dimanche ! - les vaches viennent à la traite. Je produis plus de 300 000 litres de lait par an, vendu à Danone, qui le transforme dans son usine de Saint-Just-Chaleyssin, dans le département voisin de l’Isère, pour en faire notamment des Danette ! 

Que s’est-il passé ?
 

Mi-juillet, la stabulation que j’avais construite en 2016 a pris feu. En quelques heures j’ai tout perdu : l’aire paillée des vaches, la salle de traite, le stock de fourrage et de paille, mes réserves de grain, le tank à lait…

Heureusement, nous avons pu sauver le troupeau, et grâce à la solidarité de voisins et collègues, les vaches sont pour l’instant réparties dans différentes fermes aux alentours. 

Comment rebondir ?
 

Je dois maintenant tout reconstruire, un vaste chantier ! Mon objectif est de pouvoir travailler dans le nouveau bâtiment d’ici un an et demi. D’ici-là, je vais pouvoir louer une ferme voisine pour rassembler mes vaches à partir de cet hiver.

Avec une attention pour l’empreinte carbone
 

Qui dit rebondir, dit repartir pour faire encore mieux qu’avant. Côté bâtiment, l’idée est de reconstruire à l’identique. Mais côté conduite de la ferme, après un bilan carbone, mon objectif est de réduire l’empreinte carbone de 18% grâce à différents leviers :

Je vais diminuer l’âge au premier vêlage des génisses, un vrai gain pour les émissions de la ferme, car plus tôt une vache peut donner du lait, plus elle compense ses émissions naturelles de gaz à effet de serre par le lait produit

Photo Progrès /Léa ROCHON

J’ai aussi pour projet de ne plus acheter de tourteau de soja importé : il vient majoritairement d’Amazonie, ce qui n’est pas bon pour le carbone, et la culture du soja peut contribuer là-bas à la déforestation. Je voudrais remplacer le tourteau de soja par du tourteau de colza, qui peut être produit dans nos régions.

Photo Progrès /Léa ROCHON

Enfin, avec bientôt un bâtiment bien rebâti, l’idée est d’offrir le meilleur confort aux vaches pour qu’elles puissent pleinement exprimer leur potentiel laitier, ce qui compensera d’autant mieux les émissions naturelles de méthane du troupeau.  

À quoi va servir la collecte ?

Ce projet de rebâtir la stabulation, tout en limitant l'impact environnemental de l'exploitation, représente un montant très conséquent. 

Dans un premier temps, l’objectif avec cette collecte serait de rassembler 1 000€, un bon coup de pouce en cette période délicate !

Dans le cadre du programme « Les 2 pieds sur terre », Danone participe au financement de notre projet à hauteur de 7 500€. En effet, l’ensemble des améliorations techniques et des investissements vont engendrer une réduction de 87 tonnes de CO2 en moins chaque année.

Si vous souhaitez participer à la collecte par chèque ou espèce vous pouvez les adresser par voie postale à :

Jean-François Chosson
475, Chemin des Renaudières
69690 Brullioles

Un grand MERCI pour votre participation et pour le partage de mon projet ! 

Merci également à notre partenaire :


Nos partenaires :

Contreparties

Pour 10 euros ou plus

Merci !

Merci pour votre contribution

Choisie 6 fois

Pour 25 euros ou plus

Du lait frais

Passez me dire bonjour à la ferme. Vous repartirez avec une bouteille d'1 litre de lait.

Livraison

À retirer sur place


Choisie 2 fois

Coup de

Pour 50 euros ou plus

Des produits Danone

Venez récupérer un assortiment de yaourts et crèmes desserts Danone produits à l’usine à laquelle je livre mon lait.

Disponibilité

août 2023


Livraison

À retirer sur place


Choisie 1 fois

Pour 75 euros ou plus

Des produits & du lait

Passez me dire bonjour à la ferme, repartez avec un litre de lait frais et des produits Danone !

Livraison

À retirer sur place


Pour 100 euros ou plus

Découverte de la traite

Merci beaucoup ! Je vous invite à venir assister à la traite et à donner à boire à nos petits veaux !

Livraison

À retirer sur place


Don libre

1

Sélectionnez un projet

en fonction de la thématique, de sa localisation ou des contreparties.

2

Choisissez une contrepartie

et ajustez si vous le souhaitez le montant de votre contribution.

3

Recevez vos produits

ou profitez des séjours et expériences que vous avez choisis.

4

Partagez votre expérience

sur les réseaux sociaux @miimosa_fr pour continuer de soutenir le projet et son porteur.

J-25

Don avec contrepartie

Le Pain des Noyers : microboulangerie sociale de quartier

Sécurité et souveraineté alimentaire

Santé et bien-être

Cohésion sociale

1 600 € collectés

Objectif 10 000 €

16%

guillaume lobet

Namur, Belgique