Être au rendez-vous des enjeux de demain

par 

Anthony ROUQUETTE

Don avec contrepartie

Adaptation aux conditions estivales par l'installation d'un ventilateur dans le bâtiment et améliorer la qualité des couverts végétaux.

Occitanie

Saint-Médard-Nicourby, France

831%

4

Contributeurs

8 312 €

sur 1 000 €

Projet financé !

Le 26 décembre 2023

En soutenant ce projet, vous oeuvrez pour :

Projet

Finance et impacts

Contributeurs

4

Actualités

Commentaires

Documents

Présentation du projet

Bonjour, je m’appelle Anthony Rouquette, je suis un jeune agriculteur installé depuis Janvier 2022 sur l’exploitation familiale qui s’appelle le GAEC LA LAITIERE.

Nous sommes situés sur la commune de Saint- Médard-Nicourby, à 30 Km de Figeac, dans le ségala lotois.

3ème génération d’éleveurs, je me suis installé avec mon père, Serge Rouquette, et mon cousin Sylvain Canal. Nous avons 3 productions :  un atelier de vaches allaitantes de 130 mères de race Aubrac et Salers sur 120ha situé sur la commune voisine, un atelier de 60 truies et un atelier laitier avec 43 vaches laitières sur une trentaine d’hectares. Nous produisons 350 000 litres de lait que nous livrons chez Danone.

La création du GAEC en 1987 nous a apporté de la résilience avec trois productions tout en adaptant la production de l’exploitation à la demande. Nous avons pu trouver un équilibre social. Aujourd’hui nous prenons nos congés sans faire appel au service de remplacement.

C’est un sol vivant et équilibré qui détermine la santé des animaux.

Nous avons beaucoup travaillé sur la qualité des couverts végétaux, cela nous évite maintenant d’acheter les fourrages, nous avons même augmenté la production laitière avec 15 vaches supplémentaires tout en améliorant la structure et la vie de nos sols. Par exemple après la récolte du maïs ou d’une céréale, je sème un mélange de ray-grass et de trèfle incarnat ou un méteil constitué d’avoine, pois, vesce, trèfle et triticale.

Sur les parcelles séchantes après la récolte du méteil, j’implante un sorgho vers le 20 mai, je peux alors faire 2 récoltes supplémentaires pour l’alimentation des vaches.

Je simplifie  de plus en plus les opérations culturales. Actuellement je pratique le labour uniquement pour la culture du maïs.

Nous avons enfin baissé de 20% les quantités des produits phytosanitaires en 5 ans et ce n’est qu’un début !

Cumuler production d’électricité et baisse des émissions de CO2 :

Deux opportunités sous forme de projets collectifs se sont présentées :

Tout d’abord en 2009 la pose de panneaux photovoltaïques sur  le bâtiment des vaches laitières avec la SAS des Fermes de Figeac a permis d'une part la vente d'électricité et d'autre part d'avoir un bâtiment fonctionnel dans lequel les animaux expriment leur potentiel.

Le GAEC a ensuite adhéré avec d’autres éleveurs du secteur a un projet de méthanisation. Depuis cette année, en plus de la revente d’électricité, nous avons pu baisser de 50% l’apport d’engrais chimique grâce au digestat que nous récupérons. Nous diminuons aussi de 10% l’achat de carburant et surtout nous consacrons plus de temps avec les animaux car les épandages sont prestés.

J'essaie de me projeter sur les défis qui m'attendent et j'ai adhéré au programme environnemental « Les 2 Pieds sur Terre » de ma laiterie Danone.

Les leviers du dernier bilan carbone réalisé avec l’outil CAP2ER de l’IDELE me permettront de passer d’une empreinte carbone de 1kg èq.CO2 par litre de lait produit à 0,95kg èq.CO2. Ceci correspond à 5% de réduction soit 21 tonnes de carbone évitées par an.

À quoi va servir la collecte ?

La mise en place de notre  plan d’action carbone s’accompagne d’un investissement qui s’élève à  22 316 €  pour aider nos animaux à s'adapter face au dérèglement climatique.

15 832 € seront consacrés à l'achat et la pose de ventilateurs dans le bâtiment des vaches laitières.

3 495 € serviront à améliorer l'accès au bâtiment.

2989 € pour l'amélioration de la qualité des semences fourragères 

Ces aménagements s’inscrivent aussi dans ma transition vers l’Agriculture Régénératrice attendue par ma laiterie Danone qui contribue à mon projet à hauteur de 7 500€.

Je fais appel à votre soutien via ce financement participatif pour m'aider dans ce projet de transition. En fixant un palier à 1 000€ je pourrai améliorer le confort et la longévité de mes vaches laitières.

Je fixe enfin un deuxième palier à 2 000 €  pour m'aider à améliorer la qualité des semences fourragères. 

Un grand merci à tous pour votre participation !

Si certains d’entre vous préfèrent contribuer par chèques, vous pouvez nous les envoyer à l’adresse suivante :

GAEC LA LAITIERE

LA SOUCALIERE

46 210 Saint Médard Nicourby


 


Nos partenaires :

Contreparties

Pour 10 euros ou plus

Merci

Un grand merci pour votre soutien

Choisie 1 fois

Pour 20 euros ou plus

Du bon lait de nos vaches

Venez chercher du bon lait de nos vaches

Pour 30 euros ou plus

Visite de ma ferme

Venez me rencontrer, nous visiterons la ferme et vous repartirez avec du bon lait de nos vaches

Pour 50 euros ou plus

Venez participer à la traite

Ensemble nous participerons à la traite et vous repartirez avec du bon lait de nos vaches

Pour 75 euros ou plus

Une matinée à la ferme

Venez découvrir une matinée d'éleveur, échanger, découvir les travaux et repartez avec du bon lait de nos vaches

Don libre

1

Sélectionnez un projet

en fonction de la thématique, de sa localisation ou des contreparties.

2

Choisissez une contrepartie

et ajustez si vous le souhaitez le montant de votre contribution.

3

Recevez vos produits

ou profitez des séjours et expériences que vous avez choisis.

4

Partagez votre expérience

sur les réseaux sociaux @miimosa_fr pour continuer de soutenir le projet et son porteur.