Installation à la petite pêche

par 

Augustin MALLIART

Don avec contrepartie

À 30 ans, je m'installe à la pêche professionnelle sur un bateau de 7m en pointe Finistère. Contre vents... mais avec la marée MiiMOSA !

Bretagne

Lanildut, France

100%

219

Contributeurs

25 225 €

sur 25 000 €

Projet financé !

Le 17 décembre 2023

En soutenant ce projet, vous oeuvrez pour :

Présentation du projet

Mon parcours


Depuis gamin, je suis passionné par l’eau et les poissons. Les premiers souvenirs remontent à des sorties pêche avec mon grand-père en Normandie. 

On dit que dans la plupart des cas, ce genre de passe-temps finit par disparaître à l’adolescence. Mais pour ma part, il y a un grain. Ce genre de grains qui font qu’à 15 ans, je continue à mettre tout mon argent de poche dans des cannes à pêche et à 21, après une licence en bio, je file faire la seule spécialité marine des écoles d’agronomie : les sciences halieutiques qui s’étudient à Rennes. J’y apprends la dynamique des populations de poisson, la gestion des pêches mais aussi le fonctionnement du marché et la transformation alimentaire des produits de la mer.

Un petit tour par la recherche à l’étranger avant d’aller voir la pisciculture marine en Corse puis d’embarquer sur des chalutiers hauturiers au large de la Bretagne, les stages ne me convainquent pas vraiment. 

C’est grâce à un coup de chance que je réconcilie ma passion avec le travail. Après ma sortie d’études, je rencontre Charles Guirriec, fondateur de Poiscaille, un circuit court pour la petite pêche côtière. 

Durant la formation à bord d'un ligneur, on apprend à abattre puis à saigner chaque poisson pour éviter toute souffrance et optimiser la qualité de la chair

C’est la révélation. D’une équipe de 5 personnes à plus de 80 cinq ans plus tard, grâce à cette entreprise j’ai eu l’opportunité de rencontrer plus de 250 hommes et femmes marins pêcheurs sur toutes les côtes, d’embarquer avec eux, de comprendre une partie de leur quotidien, de les envier parfois, de compatir souvent. Fin 2022 c’est décidé, je saute le pas. Avec mon petit grain à la tête, je veux essayer moi aussi !

Je migre sur la pointe Finistère où Breandan O'Geallabhain, un mentor et copain ligneur, m’enrôle sur son bateau en tant que matelot. Et pendant plusieurs mois, au gré des nœuds de pêche, de la manipulation des hameçons, de l’éviscération du poisson à bord et de tous les autres gestes qui font le quotidien du métier de marin pêcheur, il me forme pour m’aider à m’installer un jour. Et devenir son voisin de ponton !

 

 

Le projet d'installation

Le bateau

Skravig (sterne en Breton), le bateau que je souhaite acquérir, mesure 7m pour 2,70m de largeur. C’est un Esteou 730, un petit bateau en polyester très marin qui a déjà une jolie carrière derrière lui. 

Le Skravig lors de son dernier passage au chantier

Léger, muni d’une petite cale à poissons, d’une passerelle, d’un bon sondeur et d’un moteur in board (dans la coque) récent et consommant peu, il est taillé pour la traque du poisson à l’hameçon.

Lorsqu’on achète un bateau, la coque et le matériel à bord ne font pas tout. Au bateau sont rattachées des droits de pêche qui permettent un accès à la ressource. L’opportunité d’acheter le Skravig était aussi celle de m’installer avec ces droits pour pouvoir pêcher. Élémentaire, mais pas gagné d’avance, croyez-moi !

Le Skravig sur l'eau

La zone

Son nouveau port d’attache sera Lanildut, dans le pays des Abers. 

Le port de l'Aber Ildut en pleine nuit

En face, nous avons la mer d’Iroise, une confluence entre le Golfe de Gascogne et la Manche. L’archipel de Molène au Sud et l’île Vierge au Nord forment les limites de la zone de pêche pour un ligneur de cette taille. 

En toile de fond, la mythique île d’Ouessant et ses courants redoutés : le Fromveur et les déferlantes de l’île Keller. Le décor est planté. Très exposé aux vents d’Ouest et aux forts courants de la sortie de la Manche, on estime qu’une bonne moitié de l’année les conditions ne permettent pas aux pêcheurs de caler des filets, des casiers ou de traîner un chalut. Comparé au reste de la côte, les poissons ont une relative tranquillité face aux engins de pêche.

Le mythique phare de la Jument à Ouessant

 

Les espèces et la valorisation

Ce qui marque à première vue lorsqu’on explore les fonds marins de la mer d’Iroise, c’est la diversité des biotopes qui bordent ses côtes. Roches affleurantes, forêts de grandes algues laminaires, tâches de sable, on ne peut pas rêver d'un meilleur terrain de jeu. 

Lieu noir à droite, lieu jaune à gauche, et le sourire d'un matelot heureux

Cependant, depuis la fin des années 90, les ressources marines ont montré aux pêcheurs qu’elles n’étaient pas infinies. 

Ancien prédateur majoritaire de nos eaux, le bar se fait de plus en plus rare. Il faudra le pêcher avec parcimonie

La dorade rose, puis le bar et aujourd’hui le lieu jaune, on ne compte plus les espèces surexploitées et les premiers effets du changement climatique invitent encore davantage la nouvelle génération de pêcheurs à pratiquer leur métier différemment, en minimisant leur impact. C’est dans cet esprit que je souhaite m’installer. Pour les curieux, un série de reportages où l'on entend mes amis Breandan O'Geallabhain et Thomas Legall (ligneur à Audierne) parler d'une autre vision de la pêche professionnelle est disponible sur le site de France Inter, ici.


 

Les hameçons ne sont pas les meilleurs amis des mains. On apprend à les manipuler avec précaution et dextérité

Grâce à la faible consommation du Skravig, je peux viser des marées courtes à petit volume de pêche en cherchant uniquement le poisson à l’hameçon. Mes pratiques majoritaires seront la ligne de traîne et la canne. Ces techniques me permettent :

  • le plus faible impact possible sur les fonds marins
     
  • un soin spécial accordé aux poissons remontés à bord. Vivants, je peux les abattre, les saigner, éviscérer puis glacer immédiatement pour obtenir la meilleur qualité de chair possible
     
  • une faible consommation de carburant de par la légèreté du bateau et du matériel à bord
     
  • la sélectivité des espèces et de la taille des poissons capturés. La garantie d'une pêche sans aucun rejet en mer.

Grâce à des circuits courts comme Poiscaille en semaine ainsi qu’à la vente directe le Week End, je peux valoriser toutes les espèces à bon prix de vente. 

La vieille et ses couleurs tropicales.

Pour faire simple, je privilégierais les poissons les plus abondants comme le maquereau, le tacaud, la vieille ou le grondin pour laisser reposer au maximum le bar, la dorade ou le lieu jaune. Et espérer les retrouver en quantité dans quelques années.


 

 

La plongée comme perspective encourageante

Avec des hiver souvent rudes et les incertitudes concernant l'abondance de la ressource, gagner sa vie uniquement avec la pêche à l’hameçon est un challenge compliqué. En passant tous les niveaux professionnels de plongée en bouteille et en embarquant aux ormeaux cet hiver, je me suis préparé à diversifier mon activité pour intégrer la pêche en bouteille à ma stratégie une partie de l’année. 

Pour cela, il faudra compter sur la chance d’obtenir une licence me permettant de capturer l’une des nombreuses espèces de crustacés ou de coquillages exploitables ici. Fruit de longues concertations avec les autres professionnels, le précieux sésame ne viendra qu’après avoir pu démontrer qu’une cohabitation est possible entre les techniques déjà existantes (drague, casier ou chalut) et la plongée.

Dans une eau à 15°C en sortie d'été et 8°C en sortie d'hiver, on ne lésine par sur l'épaisseur de la combinaison
Il y a bon nombre d'épaves dans les eaux du Finistère. Les tacauds en sont les locataires les plus réguliers (photo de Loïc Merret)

À quoi va servir la collecte ?

Planning d'installation

Le compromis d'achat de Skravig est signé mais le bateau n'est pas encore prêt. Dès la fin de mes embarquements aux ormeaux cet hiver, je reprends une formation professionnelle me permettant d’accéder au statut de “patron pêcheur”. En 6 mois, de janvier à juin 2024, j’apprendrai et consoliderai des compétences en technique, mécanique et navigation pour être fin prêt à démarrer au mois de juillet. Sur mes Week End, Breandan et d’autres copains ligneurs pourront m'embarquer pour peaufiner mon expérience de la ligne et démarrer avec le maximum de garanties. C’est beau d’être bien entouré !

De son côté, Skravig patientera encore 3 mois pour nos premières sorties ensemble.

Mon financement de base

Pour acheter ce bateau, la quasi totalité du budget sera le fruit de prêts bancaires ou empruntés à des proches. Voici comment s’articule mon financement : 

  • 10 000 euros de fonds propres
  • Plus de 70 000 euros de prêts bancaires et familiaux sur 7 ans

Soit plus de 1000 euros de remboursements par mois pendant 7 ans. En ajoutant tous les frais inhérents à l’activité (assurances du bateau, carburant, charges sociales), il va falloir pêcher "un peu" pour équilibrer les comptes.

Comment m’aider

Cette collecte de dons est essentielle pour partir sereinement à la pêche en juillet prochain. Elle me permet d’ajouter du budget à mon financement pour acheter du matériel de pêche, un véhicule utilitaire pour les livraisons du poisson et du matériel de vente directe. Voici par ordre d’importance, comment Miimosa peut changer la face de mon installation : 

  • Premier palier de 20 000€ :
    pour acheter un utilitaire réfrigéré d’occasion avec un budget de 15 000 euros, et 5 000 euros de matériel de pêche (cannes, leurres, nylon, plombs et tresse)
     
  • Second palier à 35 000€ :
    pour ajouter 10 000 euros de matériel de vente directe (une cellule frigo et un étal) et 5 000 euros de matériel de plongée (compresseur, bouteilles)

Mes expériences passées m'ont appris qu'il n'existait pas de bonnes aventures individuelles sans collectif derrière. 

Lors des journées les plus dures en mer, savoir que vous aurez rendu ce projet possible me permettra de ne pas baisser les bras dans la tempête. Merci pour votre aide !


Nos partenaires :


Suivez nous sur les réseaux sociaux :

Contreparties

Pour 10 euros ou plus

Un grand merci

N’hésitez pas à passer me voir à quai à Lanildut si vous passez par ce petit bout du monde. Je répondrai du tacaud tac !

Choisie 33 fois

Pour 20 euros ou plus

On met le turbot pour aider la petite pêche côtière !

10% du montant du don reversés à l'association Pleine Mer qui promeut la transition vers une pêche plus durable.

Choisie 49 fois

Pour 50 euros ou plus

Une ristourne pour du poisson acheté directement au bateau

12,5€ minimum de bon d'achat sur la pêche du jour vendue en direct à quai (25% du montant du don). Reçu huître sur huître 🪢

Quantité restante

33


Disponibilité

août 2024


Livraison

À retirer sur place


Choisie 17 fois

Pour 50 euros ou plus

Un bon d'achat pour commander du poisson

7,5€ minimum de bon d'achat sur poiscaille.fr, soit 15% du montant du don. Vous faites la promotion des circuits courts. Parce que c'est notre brochet ✊

Disponibilité

janvier 2024


Livraison

Nationale


Choisie 32 fois

Pour 100 euros ou plus

Un bon d'achat pour commander du poisson

20€ minimum de bon d'achat sur poiscaille.fr, soit 20% du montant du don. Vous faites la promotion des circuits courts. Tourteau Bene 🤌

Disponibilité

janvier 2024


Livraison

Nationale


Choisie 14 fois

Pour 150 euros ou plus

Un bon d'achat pour commander du poisson

37,5€ minimum de bon d'achat sur poiscaille.fr, soit 25% du montant du don. Vous faites la promotion des circuits courts. Daurade mi-fa-sol 🎶

Disponibilité

janvier 2024


Livraison

Nationale


Choisie 2 fois

Pour 200 euros ou plus

Sauvez une vive 🌊

50€ minimum de bon d'achat sur poiscaille.fr, soit 25% du montant du don et 5% supplémentaires reversés à la SNSM de Lanildut.

Disponibilité

janvier 2024


Livraison

Nationale


Choisie 12 fois

Pour 500 euros ou plus

Un embarquement sur le Skravig

Venez à bord lors d'une journée de beau temps (pour une personne) et repartez avec la godaille offerte (du poisson pêché durant la marée). Ça donne le thon 🐟

Disponibilité

avril 2025


Livraison

À retirer sur place


Choisie 8 fois

Don libre

1

Sélectionnez un projet

en fonction de la thématique, de sa localisation ou des contreparties.

2

Choisissez une contrepartie

et ajustez si vous le souhaitez le montant de votre contribution.

3

Recevez vos produits

ou profitez des séjours et expériences que vous avez choisis.

4

Partagez votre expérience

sur les réseaux sociaux @miimosa_fr pour continuer de soutenir le projet et son porteur.

J-5

Prêt rémunéré

7,50%

Yooji poursuit sa réinvention de l'alimentation infantile

Santé et bien-être

Biodiversité

Emplois et territoires

629 265 € collectés

Objectif 700 000 €

89%

yooji

Estillac, France